Cérémonies du 11 Novembre : Lecture à la bibliothèque Bernheim à Amiens le 10 novembre. 18h30

Publié le par lil

 

Le 10 novembre je me suis rendue à la bibliothèque Bernheim à Amiens afin d’assister à une lecture de lettres de soldats pendant la 1° guerre mondiale ; sur invitation de Jessica.

 


 

Le décor en lui-même évoque la tristesse, la solitude, l'appréhension, l’hiver.…Il y a des ombres derrière un rideau.

 

La musique est angoissante et associe dans ma mémoire des reportages vus et entendus sur LA guerre…n’importe quelle guerre. LA guerre avec son cortège de peurs, de souffrances, de pleurs, d’orphelins, de morts…..

 

Le public s’installe presque « en sauvette » et une voix féminine (qui fera la liaison entre les différentes lettres) s’élève….la lecture commence.


 

Les ombres parlent et figurent une femme assise qui se tient droite et lit doucement une lettre de son bien-aimé ….un soldat, avec son casque et une canne semble déchiffrer une lettre qui s’avère le désespérer..….Une infirmière habillée en costume d’époque, juste devant le rideau, livre d’une voix ferme et décidée, parfois tremblante, une lettre bouleversante d’un jeune soldat qui s’est engagé pour la patrie. ….mon dieu…..

……...des lettres de soldats, transis de peur et de froid qui racontent leurs souffrances, le manque de nourriture et boissons (ils boivent l’eau de pluie mélangée à la terre des tranchées), leur incompréhension face à cette guerre, leur besoin de voir l’être aimé qui les attend, leur horreur de tuer et de voir tuer,……..qui écrivent, écrivent et ne savent pas si leur lettre arrivera à destination….

 

Une lettre parmi d’autres me bouleverse. La lettre d’un jeune qui, capturé par les allemands avec d’autres, profite d’une inattention de la part de ses geôliers et se sauve avec 2 de ses camarades. . Ils rejoignent leurs compagnies, tous heureux de retrouver les leurs, même si au bout la mort peut les surprendre…….et pourtant….accusés de désertion (alors qu’ils étaient captifs) ils furent exécutés le soir même. Pour l’exemple, et parce que LA guerre c’est LA guerre. C’est tout. Je frissonne.

 


 

Et puis, la musique s’éteint. Les voix s’éteignent. Il y a un blanc. Le public ne sait pas. Je ne sais pas……..j’applaudis.

 

 

Je n’aurai jamais pensé être émue, bouleversée à ce point par la lecture de ces lettres. Etait-ce la voix des lecteurs qui « sentaient » ces lettres au plus profond d’eux-mêmes ? Je ne sais pas. Ce que je sais, c’est que j’ai beaucoup aimé ce moment de mémoire. Merci à eux pour ce rappel.

Et tant pis pour Zidane qui a préféré ce soir là jouer un match amical au stade de la licorne à Amiens.

 

 

 

 

°° L a bibliothèque Hélène Bernheim inscrit son action dans le cadre d'une politique de diffusion du livre et de la lecture. A travers des ateliers d'écriture, rencontres d'écrivains, conférences et expositions, elle contribue activement à l'animation culturelle du quartier Nord, en multipliant les espaces d'apprentissage et de sensibilisation à tous les domaines de la connaissance. Facteur d'émancipation individuelle, la bibliothèque se veut également un outil de socialisation et d'échanges, accordant une large place aux loisirs. Outre le prêt et la consultation d'ouvrages, la bibliothèque Hélène Bernheim dispose d'un secteur multimédia. Sa mission consiste à former le public à la recherche documentaire sur CD Rom. Les jeunes peuvent également y trouver des informations susceptibles de leur apporter une aide à la réalisation des devoirs scolaires. Le lieu propose tout au long de l'année une palette d'animations diverses et ludiques, des expositions et des conférences. Elle développe également la médiation du livre en allant à la rencontre des publics sur le quartier. (http://w2.amiens.com/lesafran/bibliohb.htm)

Publié dans culture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
<br /> bonjour,<br /> <br /> A l'occasion de l'Armistice, une soirée lecture a été organisée à la bibliothèque Hélène Bernheim.<br /> <br /> Des lettres de poilus ont été mises en scène en ombres chinoises par l'équipe de la bibliothèque et sonorisées par Claude Gérard, électroacousticienne au Safran.<br /> Ces lettres ont été tirées des ouvrages intitulés Paroles de Verdun et Paroles de poilus.<br /> <br /> En parallèle, une exposition "Témoin de la Grande Guerre" prêtée par l'Historial de Péronne accompagnait cette soirée à thème.<br /> <br /> merci au public d'être venu :)<br /> <br /> L'équipe de BHB<br /> <br /> <br />
Répondre
L
<br /> très beau texte très émouvant !! malheureusement la guerre est bien là, toujours et les hommes ne tirent pas de leçon du passé, du moins pas encore; Un jour, peut être ......<br /> <br /> <br />
Répondre